Passez à l’action

Ce que vous pouvez faire pour protéger le droit à l’avortement

  1. Devenez membre de l’ARCC-CDAC et inscrivez-vous à une de nos listes d’envoi pour rester au courant des nouvelles sur les droits reproductifs.
  2. Déterminez qui est votre député(e)  et s’il ou elle figure sur  notre liste de députés anti-choix et députés à position inconnue.

    • S’il ou elle se trouve sur notre liste anti-choix, envoyez-lui un courriel ou téléphonez-lui pour lui dire qu’il ne doit pas utiliser son statut d’élu pour imposer ses opinions personnelles religieuses au public et à l’électorat. Demandez qu’il exerce plutôt sa fonction politique en protégeant les droits constitutionnels des Canadiennes.
    • Si sa position est inconnue, veuillez communiquer avec lui ou elle pour vous informer de sa position et communiquez sa réponse  à la CDAC.
    • S’il ou elle est pro-choix (mais que son nom n’est pas sur la liste), écrivez-lui un courriel ou téléphonez-lui pour l’encourager à défendre publiquement le droit à l’avortement chaque fois que ce sera nécessaire.

    Voici un exemple de lettre  que vous pouvez envoyer ou personnaliser avec vos propres mots.

  3. Informez d’autres gens en indiquant le lien de la page Web  « Liste des députés fédéraux anti-choix » à vos amis, à vos proches et à vos collègues. Demandez-leur de vérifier le point de vue de leurs représentants politiques et de passer à l’action.
  4. Devenez membre, bénévole, ou offrez de l’aide financière à un  groupe pro-choix de votre région ou à une  clinique d’avortement  ou de planning familial. Demandez à vos amis de faire de même.
  5. Écrivez des lettres et publiez des commentaires sur les médias en général pour indiquer votre soutien aux droits reproductifs, surtout en répondant aux articles ou aux lettres qui dénotent un préjugé anti-choix.
  6. Participez aux blogues progressistes et pro-choix en publiant de l’information à propos de l’avortement et qui soutient les droits reproductifs.
  7. Si vous vous êtes fait avorter, ne restez pas muette à ce sujet. Aidez à effacer les tabous en étant ouverte à propos de votre expérience, et invitez d’autres femmes à faire de même. Vous pouvez partager votre récit sur  le site Web « Shout Your Abortion ». Si vous connaissez personnellement une femme qui s’est fait avorter, offrez-lui votre soutien et votre compréhension, et encouragez-la à témoigner de son expérience.
  8. Soyez au courant de vos droits! L’accès à l’avortement libre et gratuit est un droit protégé au Canada par la constitution canadienne et par la Charte des droits et libertés. Cet accès fait partie de « la vie, la liberté et la sécurité de la personne » et de « la liberté de la conscience. » Vous ne devriez pas avoir à payer pour cette intervention, même dans une clinique privée, parce qu’un avortement est un service  couvert et médicalement nécessaire  dans tout le pays aux termes de la Loi canadienne sur la santé.

Engagez-vous