Imprimez cette page     |Envoyer ceci a un ami
   |Contactez-nous

Votez pour qui vous voulez – mais pas pour un Conservateur!

Stephen Harper et son gouvernement conservateur représentent un grave danger pour les droits des femmes et le droit à l'avortement – surtout s'ils parviennent à accaparer la majorité. N'oubliez pas de voter lors de l'élection du 2 mai et, si cela peut avoir un effet dans votre circonscription, pensez à voter stratégiquement pour vous assurer que le candidat conservateur ne gagne pas.

Harper a beau promettre qu'il n'introduira pas et ne soutiendra pas de lois qui pourraient avoir un effet négatif sur le droit à l'avortement; si les conservateurs sont en majorité, les projets de loi d’initiative privée présentés par des parlementaires n'auront aucun problème à passer. Même si Harper et les membres de son cabinet votaient contre un tel projet de loi anti-choix, ces votes seraient plus que contrebalancés par l'important contingent de parlementaires anti-choix.

Voici quelques questions à poser à vos candidat-es pendant la campagne. La CDAC est d'avis qu'elles concernent les problèmes les plus importants à l'heure actuelle.

1.   Le gouvernement conservateur s'est évertué à démanteler les bases de l'égalité des femmes, à supprimer les programmes nécessaires aux femmes vulnérables, à couper les subventions des groupes de femmes. Il a fermé la plupart des bureaux régionaux de Condition féminine Canada et fait opposition au financement des groupes qui promeuvent l'égalité des femmes. Il a annulé le programme universel de services de garde pour enfants, l'égalité salariale et le Programme de contestation judiciaire. Il a privé de fonds toute organisation, féminine ou autre, qui ne partage pas son idéologie de droite. Si votre gouvernement est élu, est-ce qu'il rétablira les programmes et les subventions qui ont été perdus ou supprimés sous Harper?

2.   Le gouvernement conservateur a cessé d'imposer le respect de la Loi canadienne sur la santé aux provinces qui y dérogent. En particulier, le refus de la part du gouvernement du Nouveau-Brunswick de financer la clinique Morgentaler contrevient à cette Loi, ainsi qu’à l'arrêt Morgentaler 1988 de la Cour suprême. Il s'agit d'une violation grave des droits des femmes, une violation qui perdure depuis plus de 20 ans. Sous le gouvernement libéral, le ministre de la Santé d'alors, Ujjal Dosanjh, avait mis en place une procédure d'arbitrage pour résoudre ce problème, mais les Conservateurs s'en sont tout simplement débarrassés et refusent désormais d'appliquer en quoi que ce soit la Loi sur la santé. Si votre gouvernement est élu, est-ce qu'il promet d'appliquer la Loi canadienne sur la santé, y compris en mettant le gouvernement du Nouveau-Brunswick face à ses responsabilités  pour son refus de financer la clinique Morgentaler?

3.   Les avortements pratiqués dans des conditions de fortune sont une des principales causes de mortalité maternelle dans les pays en développement. Et pourtant, le gouvernement conservateur a refusé d'inclure les avortements sécuritaires dans l'Initiative pour la santé de la mère et de l'enfant qu'il a présentée au G8 l'année dernière. Dans une campagne qui vise à réduire la mortalité maternelle, il est faux et hypocrite de la part de notre gouvernement d'adopter une position officielle qui nie le droit à la vie des innombrables femmes qui risquent leur vie en recourant à l'avortement – surtout  si l’on tient compte du fait que les femmes canadiennes, elles, ont accès à des avortements sécuritaires et légaux. Si votre gouvernement est élu, est-ce qu'il subventionnera des avortements sécuritaires dans les pays en développement?